Petit Kangourou

par Sylvain Halgand

English version

 

1ère partie "Adelaïde" 
19 juillet 1916
26 juillet 1916
30 juillet 1916
9 août 1916
14 août 1916
20 août 1916
15 septembre 1916

2ème partie "En mer"
23 octobre 1916
26 octobre 1916
2 novembre 1916
7 novembre 1916
14 novembre 1916
2 décembre 1916

3ème partie "En Angleterre"
28 décembre 1916
16 février 1917
Printemps 1917
24 juin 1917
15 juillet 1917
9 mars 1918
24 avril 1918 (inachevée)

Seconde partie

Carte

A bord du "Port Melbourne", 23 octobre 1916 (minute n°47, 28 janvier 2018)

Chère Mère, Cher Père, chers frères et sœurs,

Voilà, je suis enfin en route pour l'Europe. Je ne suis pas très bien à cause du mal de mer. Comme moi, beaucoup de gars montent à bord d'un bateau pour la première fois. Le "Port Melbourne" est grand mais bouge tout le temps. Se dire que nous allons y être pour deux mois n'a rien de rassurant. Heureusement que c'est le printemps, mais nous arriverons en Europe, en plein hiver.

Il y a un mélange d'odeurs : vomi et crottin de cheval, car en plus des 500 hommes de troupe, nous transportons 500 chevaux. Je ne sais pas si eux aussi subissent le mal de mer.
Heureusement, j'ai entendu que nous ferions une escale à Fremantle dans quelques jours, pour embarquer les dernières troupes et pour ravitailler avant une longue traversée.





Ce matin, au port d'Adelaïde, j'étais très heureux que toute la famille soit sur les quais pour me dire au revoir.

Je voyais bien que Père ne disait rien et que Mère serrait fort son mouchoir.

Charles m'a semblé si jeune encore quand il m'a dit qu'il m'enviait.

 


J'étais triste que ma belle Ella n'ait pas eu l'autorisation de vous accompagner. J'aimerai qu'un jour vous m'envoyez une photo de vous tous, avec elle parmi vous, car elle fait (presque) partie de la famille.

Ne m'oubliez pas dans vos prières. Je vous aime tous.





Les faits :

HMAt POrt Melbourne
Le HMAT (His Majesty's Australian Transports) Port Melbourne s'appelait initialement Star of Victoria. Construit en 1914 à Belfast, il pesait 9152 tonnes. Grâce à ses deux hélices, sa vitesse de croisière était de 13,5 nœuds (soit environ 25 km/h). Son équipage était constitué de 30 hommes.
Il était la propriété de Commonwealth & Dominion Line Ltd. de Londres. Il a été loué par le Commonwealth jusqu'au 2 octobre 1917. Il sera envoyé à la casse en 1948.
Il mesurait 152 mètres de long sur 19 de large. Ce qui est peu pour 500 hommes et autant de chevaux.





A bord du "Port Melbourne", 26 octobre 1916 (minute n°48, 4 février 2018)


Chers tous,

Les hommes s'habituent à la mer et sont moins malades. La température et le calme permettent d'aérer au maximum le bateau. L'odeur devient supportable, mais il est assez difficile de se faire au bruit de la machine. Il me rappelle celui de la locomobile qui vient chez nous à Tarlee pour le battage.


Battages à Tarlee



Dans deux jours, nous serons le 28 octobre ; ce sera le jour du grand référendum pour choisir ou pas d'établir la conscription.

Cela me semble étrange qu'on discute de ce point, alors que je suis en route pour le combat en Europe. Lorsque j'ai signé mon engagement volontaire avec le 50ème bataillon d'infanterie, le 19 juillet dernier, je croyais que nous serions assez nombreux pour ne pas avoir à se poser ce genre de question.

A Adelaïde, j'ai vu des gens dans les rues porter des badges en faveur ou contre la circonscription. Le débat semble très politique, mais j'ai entendu dire que nos gars du 10th Light Horse Regiment présents en Egypte sont très favorables à l'établissement de la conscription. Je pense qu’ils sont déçus que les renforts n’arrivent pas plus vite.

Peu importe le résultat pour moi maintenant, mais il est important pour l’avenir d’Ellis et de Charles. Je pense que nous serons assez rapidement mis au courant du résultat.



A l’escale de Fremantle, je vais poster mes lettres pour qu’elles vous arrivent au plus tôt.  Ecrivez-moi vite, même si je ne sais pas où m’arrivera votre lettre.


Je vous embrasse.

 



Les faits :

PalestineAu début de la Première Guerre mondiale, la loi australienne exigeait que tous les jeunes hommes australiens participent au service national en Australie seulement si l'Australie subissait une attaque directe, donc le départ pour l’Europe ne pouvait se faire que sur la base du volontariat.
Au début de la Première Guerre mondiale, ces volontaires pour s’engager étaient si nombreux qu’il fallut en refuser, mais à partir de la fin de 1915, les pertes augmentent et les horreurs de la guerre deviennent évidentes ;  l’A.I.F. fait face à une pénurie d'hommes.

En novembre 1915, le Premier ministre travailliste, Billy Hughes, fit une tournée en Grande-Bretagne pour promouvoir l'effort de guerre de l'Australie et promit au gouvernement britannique que l'Australie fournirait environ 7 000 nouvelles recrues par mois. À son retour en Australie, il  réalisa que le service militaire obligatoire serait essentiel pour maintenir les effectifs de l'Australie.

Le Premier ministre demanda au gouvernement de changer les lois pour adopter la conscription.
Face au refus, il décida d’organiser un référendum qui se tiendrait le 28 octobre 1916, afin de savoir s’il fallait établir la conscription ou pas.

Le débat entourant la conscription divisa la nation. Les groupes d’opinions différentes  présentèrent leurs points de vue lors de réunions publiques, de manifestations et dans la presse.

Malgré les efforts de la police pour éviter les affrontements entre opposants, des «troubles» eurent lieu à plusieurs endroits du pays.

Le « Non » l’emporta de justesse avec 51% des votes.

Résultats globaux:

1 160 033 Australiens votèrent "Non" et 1 087 557 votèrent  "Oui", soit une différence de 72 476 voix.

En 1916, la Nouvelle-Zélande et la Grande-Bretagne ont instauré le service militaire obligatoire. L'Australie et l'Afrique du Sud sont restées les seuls pays participants durant la Première Guerre mondiale à ne pas introduire la conscription.






A bord du "Port Melbourne", 2 novembre 1916 (minute n°49, 10 février 2018)

Chère Mère, Cher Père, chers frères et sœurs,



Nous avons quitté Fremantle, la traversée vers l’Afrique va être longue.


J00477
Le port de Fremantle.

La vie à bord s’organise et chacun trouve ses marques. Afin de ne pas perdre la main, nous continuons l’entraînement autant que possible sur le bateau. Il y a des exercices d'évacuation du navire, car plus nous nous rapprocherons de l'Europe, plus le danger d'un torpillage par un U-boat allemand sera important. Lors de ces exercices, on doit enfiler le plus vite possible nos gilets de sauvetage et nous regrouper devant la chaloupe de secours qui nous est attribuée.


H02016


Nous naviguons en convoi, et on voit les autres bateaux depuis le pont du nôtre.





J'ai emporté avec moi la photo du 24 août 1915 qui avait été prise au studio de photographie de Stockport. Nous y sommes tous si beaux, si bien habillés.  Avec Hazel Jean à ma droite, j'ai l'impression d'être plus grand qu'en réalité.
J'ai glissé la photo dans la Bible que Maman m'a offerte, comme cela en priant je penserai à la fois à Dieu et à vous.

Ne vous inquiétez pas pour moi.


 


Les faits :

Rien de différent entre l’Australie et la France. L’habitude de se faire prendre en photo dans un studio est la même. On s’habille bien, on prend la pose, sans sourire et c’est dans la boite.

Cette photo date du 24 août 1915. On ne sait pas où elle a été prise. Il s’agit vraisemblablement d’un studio de photographie assez grand, situé dans une petite ville de la région, voir même à Adelaïde. Comme c’est l’habitude, le fond est tapissé d’une toile peinte représentant un intérieur cossu. Parfois, la toile représente un sous-bois.

Premier rang de gauche à droite : Alma Maud, Alfred George (Père), Jane Murray (Mère), Georges Charles, Isa Kate
Second rang : Hazel Jean, Arthur Clifford, Ella Agnes, Lindsay Ellis

C’est l’habitude d’appeler les personnes en utilisant le second prénom, voire un diminutif de celui-ci. Arthur Clifford Stribling était appelé Cliff.

Les prénoms sont parfois trompeurs et certains ont à notre une oreille française une consonance pouvant tromper sur le sexe de celui qui le porte.
Jean est féminin , alors que Lindsay est masculin.




A bord du "Port Melbourne", 7  novembre 1916 (minute n°50, 18 février 2018)

Chers parents,

Mon voisin de couchette s'appelle James Roland Tucker. Nous allons servir dans le même bataillon. Il a signé en avril, donc plus tôt que moi, mais nous avons le même âge. Il est fermier à Rose Park. Il ronfle fort la nuit. Il est très sympathique.

Nos journées sont ponctuées d'exercices et de cours. On peut les faire sur le pont extérieur, car il fait chaud à l'intérieur. Dehors, on doit se protéger du soleil d'été.

C05049

Nous avons aussi des périodes où on peut se reposer sur le pont.

Résultat de recherche d'images pour 'WW1 HMAT'

La nourriture servie à bord est correcte, mais cela manque un peu de viande fraîche.


http://www.mooneycallans.com/images/Granddad/Photo020%20-%20The%20mess%20deck.jpg

A bord, même les chevaux ont le droit à un peu d'exercice. Ils sont sortis régulièrement de leur box pour faire un tour sur un pont.

C04795 C04794

Priez pour nous tous.

 


Les faits :

James Roland TuckerLe soldat James Roland Tucker (private 2749) est originaire de Rose Park, au sud de l'Australie.

Il embarque à bord du HMAT Port Melbourne, le 23 octobre 1916, à destination de Devonport, en Angleterre. Après une période d'entraînement en Angleterre, il rejoint son bataillon en France le 25 avril 1917. Il est blessé au combat pour la première fois près de Ploegsteert, en Belgique, le 22 août 1917.

A son rétablissement, il rejoint son bataillon (le 50ème, comme A.C. Stribling) près de Dickebusch, Belgique. Il est à nouveau blessé au combat lors de la bataille à Broodseinde Ridge, le 16 octobre 1917. Il décède plus tard dans la journée au 17e poste de secours et est enterré au cimetière militaire de Lijssenhoek, en Belgique. Il avait 27 ans.

Son frère cadet, le soldat William Charles Tucker fut tué au combat lors de la bataille de Fromelles, le 20 juillet 1916.

Son autre cadet, le lieutenant Francis George Tucker survit à la guerre bien que gravement blessé et retourne en Australie en février 1920.

 

 

 

 



A bord du "Port Melbourne", 14 novembre 1916 (minute n°51, 27 février 2018)

Chers Parents,

Nous sommes arrivés à Durban, en Afrique du Sud. Ce pays fait partie de la Couronne comme l’Australie.



C’est étrange car il y a beaucoup de soldats australiens, des Anglais, des Boers (descendants d’Hollandais), des Chinois, quelques Arabes. Il y a beaucoup d’activité dans le port. Dès que nous mettons pied à terre, nous sommes assaillis de propositions de toutes sortes.

Ici, les noirs ne sont pas bien traités et font les travaux les plus difficiles…

P08129.007


Ricksaw

Nous allons passer quelques jours dans cette ville, le temps de faire le plein de charbon et de vivres.  Ensuite, nous passerons le Cap de Bonne Espérance, qui est le point le plus au sud de l'Afrique. Auparavant, les convois passaient par le canal de Suez, mais les sous-marins allemands rendent trop dangereuse la navigation en Méditerranée.


Hier nous avons pu descendre à terre, après les chevaux. Avec Tucker, nous avons loué les services d’une drôle de carriole, tirée par un homme. Cela s’appelle un Ricksaw. Il faisait très chaud, mais nous avons pu visiter la ville sans nous fatiguer. Le jardin botanique est magnifique, et ce n'est pas les mêmes plantes qu'à Adelaïde. Au zoo, il y avait des éléphants et des grosses tortues, et une girafe ! Durban Quelle hauteur !

 

L'Afrique du Sud fournit aussi des soldats à l'Empire. Les gens d'ici en sont très fiers, car en juillet, à Delville Wood, en France, leurs gars de la 1ère brigade se sont battus comme des lions.

Chers parents, je vous sers contre mon cœur.

 

 

 

 

 


Les faits :

Durban était une escale majeure de la longue route maritime qui conduisait vers l'Europe. C'était aussi la dernière possibilité de fuir. Des cas de désertion y sont signalés, sans doute, extrêmement rares, dans la mesure où il l'engagement était volontaire.
Quoi qu'il en soit, nous n'avons aucun droit de juger le comportement des uns ou des autres.

Donc voici des faits.

Alsop George Nicholson : SERN 2623 : POB Dublin Ireland : POE Adelaide SA : NOK M Alsop ElizabethGeorges Nicholson ALSOP est né à Dublin, en Irlande* (alors anglaise). Après avoir servi pendant 12 ans dans l'infanterie de marine anglaise, il s'engage, à Adelaïde, le 12 décembre 1915, à l'âge de 37 ans !

Il fait partie des mêmes renforts que Clifford, et se trouve sur le même bateau d'Adelaïde à Durban.

A l'appareillage de celui-ci, à Durban, le 18 novembre, ALSOP est absent.

Le 5 décembre, il se présente de lui-même aux autorités, en vêtements civils. Aucune action disciplinaire n'est entamée.

Il doit embarquer sur le HMAT Suevic, le lendemain, mais ne viendra pas.

Il sera déclaré déserteur, le 28 décembre 1916, comme il l'avait déjà été en mai.

Il ne sera jamais repris, et son dossier militaire se conclut par le refus de lui attribuer une médaille.

 

 

*Note de Petit Kangourou : ce qui est l'assurance d'un caractère bien trempé…

 

 

A bord du "Port Melbourne", 2 décembre 1916

Chers parents,


Nous avons quitté Durban le 18 novembre, puis nous avons contourné le Cap de Bonne-Espérance, en prenant un cap nord-ouest, en direction de l'Europe. L'entraînement continue à bord. Nous avons de longues séances de gymnastique pour que nos muscles ne se ramollissent pas trop.



http://www.mooneycallans.com/images/Granddad/Photo007%20-%20Keeping%20Fit.jpg


Un sergent nous encadre durant les exercices de tirs. A ce moment-là, nous nous mettons à l'arrière du bateau, en rang, couchés ou debout. Nous ne devons tirer que sur ordre, en respectant ce qu'on nous demande de faire. Ce n'est pas du tir de précision, car il est difficile d'être stable à bord.


http://www.mooneycallans.com/images/Granddad/Photo019%20-%20Preparing%20for%20Submarines.jpg


Nous avons passé l'équateur, ce qui a donné lieu à une petite fête. Depuis le passage dans l'hémisphère nord, le temps change. Il y a de plus en plus de mauvais temps. C'est plus pénible de se laver sur le pont comme nous avions l'habitude de le faire dans les mers du sud. Bientôt nous allons devoir porter notre manteau. En laine
Les chevaux s'impatientent comme nous.
Je connais de plus en plus de gars de ce sixième renfort du 50ème bataillon. La plupart sont sympas et viennent des alentours d'Adelaïde.
Notre arrivée en Angleterre est prévue pour la fin du mois, mais cela dépend de la météo.

 

http://www.mooneycallans.com/images/Granddad/Photo021%20-%20Hosing%20of%2010-47.jpg

Chers parents, je vous embrasse.

 



Les faits :

50th Battalion

Le 50th bataillon a été formé en Égypte le 26 février 1916. Environ la moitié de ses recrues étaient des vétérans du 10th bataillon et l'autre moitié, de nouveaux renforts d'Australie. Reflétant la composition du 10th, le 50th était principalement composé d'hommes de l'Australie du Sud. Le bataillon a été surnommé "Hurcombe's Hungry Half Hundred*" du nom de son premier commandant, le lieutenant-colonel Frederick Hurcombe.

Après son arrivée en France le 11 juin 1916, le 50th a livré sa première grande bataille à la ferme du Mouquet entre le 13 et le 15 août et a beaucoup souffert. Il a participé à une autre attaque lancée le 3 septembre. Le bataillon a passé le reste de l'année en alternance entre le service en première ligne et l'entraînement et le travail derrière la ligne. Cette routine a continué pendant l'hiver de 1916-17.

Bataille de la ferme Mouquet (wikipédia)

La bataille de la Ferme du Mouquet, qui a commencé le 8 août 1916, fait partie de la Bataille de la Somme dans le prolongement de la bataille de Pozières. Au cours de la bataille, les divisions australiennes du 1er corps de l'ANZAC, avancèrent au nord-ouest le long de la crête vers Pozières pour déloger les soldats allemands qui s'étaient solidement retranchés dans la ferme du Mouquet, avec l'appui de divisions britanniques sur leur gauche. Comme cette bataille s'enlisait, le Corps canadien prit la relève des Australiens.

La prise de la ferme du Mouquet devait précariser la situation de la forteresse de Thiepval occupée par les Allemands et qui, jusqu'alors résistait à tous les assauts britanniques. Toutefois, au moment où la bataille s'acheva à la mi-septembre, la garnison allemande résistait toujours. La ferme fut prise le 27 septembre 1916 à la suite de l'attaque générale menée lors de la bataille de la crête de Thiepval.

Mouqet

(source : http://pierreswesternfront.punt.nl/content/2008/03/thiepval-memorial-mouquet-farm)

Mouquet
La ferme Mouquet de nos jours, sur la route de Pozières à Thiepval (Google Street)

 

Reproduction du texte non autorisée sans autorisation préalable

Photos : DR / Internet / AWM